5 FILMS POUR LA JOURNEE INTERNATIONALE DU BAISER

C’est la journée internationale du baiser, et Dieu sait que le cinéma sait en faire, des baisers. Des sexy, des furtifs, des tragiques, des torrides, des à l’envers, des pas sur la bouche… bref, il y en a pour tous les goûts. Voici donc une sélection de nos scènes de baisers préférées.

 

1. Titanic, de James Cameron (1997)

Le fameux baiser sur le pont du Titanic a fait chavirer plus d’un coeur. Elle, fille d’aristocrate au caractère bien trempé, lui, jeune artiste en herbe qui vit au gré des saisons, deux âmes qui n’auraient jamais dû se croiser, et pourtant… Ajoutez un océan qui s’étend à perte de vue, la lumière dorée du coucher du soleil et l’orchestre déchirant de James Horner. Quoi de plus romantique ?

 


2. Spider-Man, de Sam Raimi (2002)

Dans une ruelle sombre de New York, Spiderman apparaît à Mary Jane suspendu à son fil, la tête à l’envers. La jeune fille, qui l’admire en secret, ne retire qu’une partie de son masque pour garder son identité secrète et l’embrasse langoureusement sous une pluie torrentielle. C’est sensuel, c’est audacieux, c’est culte.

 


3. Jeux d’enfants, de Yann Samuell (2003)

Ils s’aiment depuis leur plus tendre enfance mais ils ne se le sont jamais avoués, enfermés dans la spirale infernale d’un jeu auquel ils n’ont jamais eu le courage de mettre fin. A coups de “Cap, ou pas cap ?” Sophie et Julien sont passés à côté de la vie qu’ils auraient pu avoir. [Spoiler] La scène du baiser final vient sceller leur amour, et ce pour l’éternité, puisqu’ils seront ensevelis sous le béton à tout jamais.

 


4. Drive, de Nicolas Winding Refn (2011)

Nicolas Winding Refn est l’un des cinéastes contemporains les plus singuliers, et la scène de l’ascenseur en est un parfait témoin. Dans un clair obscur intimiste et un subtil ralenti, le baiser est aussi fougueux qu’inattendu, et le déchaînement de violence qui va suivre n’a d’égale que la poésie de cet instant, où le temps semble suspendu. Un contraste qui marque bien la patte du réalisateur.

 


5. La Fabuleux destin d’Amélie Poulain, de Jean-Pierre Jeunet (2001)

Les plus beaux baisers sont souvent ceux qu’on attend le plus longtemps, et celui-ci ne déroge pas à la règle. Après moult jeux de pistes et énigmes en tous genres, Nino et Amélie sont enfin réunis. Un bisou sur le coin de la lèvre, un deuxième dans le cou, puis un autre sur l’oeil, et le reste se devine… Sur une ombre chinoise derrière un rideau, ou en hors champs, tout est dans la subtilité…

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s